Instants

 

          « Les fous, les marginaux, les rebelles, les anticonformistes, les dissidents… Tous ceux qui voient les choses différemment, qui ne respectent pas les règles. Vous pouvez les admirer, ou les désapprouver, les glorifier, ou les dénigrer. Mais vous ne pouvez pas les ignorer. Car ils changent les choses. Ils inventent, ils imaginent, ils explorent. Ils créent, ils inspirent. Ils font avancer l’humanité. Là où certains ne voient que folie, nous voyons du génie. Car seuls ceux qui sont assez fous pour penser qu’ils peuvent changer le monde, y parviennent. » 

 

Jack Kerouac, Sur la route, 1951


Se poser sur une patte...

Les vacances, ça sert à ça, à se poser. Fatiguée de voler toujours et encore et encore de battements d'ailes en battements d'ailes, épuisée de tenter de toujours prendre de la hauteur, de s'emmêler avec tout ce qui se meut autour de soi, les uns, les autres. On aimerait bien une grotte fraîche avec tout de même quelques oreillers, le wifi et un frigo de salades et de boissons fraîches. Voilà, c'est fait, posée, mais encore sur un fil, sur une patte...patience, un jour viendra où on réussira à y mettre les deux.

Extraits de jours d'elle

Jour d'elle est un journal de l'extime, de croquis en écriture, des pistes pour des ateliers, du venant , du présent, des essais, du tâtonnement...

 

8 juillet 2019

Elle ne veut pas que son fils parle à sa place. Elle n'est pas encore sénile. Elle ne veut pas vivre dans ces trucs de riches avec des volets roulants électriques. Tu te rends compte, s'il y a une panne d’électricité ! Et puis, ça fera encore marcher les centrales nucléaires. Nana, 85 ans est une militante acharnée. Peut-être que je devrai partir à pied en Inde. Avec ton déambulateur ! Oh oui, ce serait drôle ! Ils verraient bien que je suis encore capable de....On pourrait écrire un livre, non, un blog des aventures de LPV (la petite vieille) qui voulait aller en Inde en déambulateur...c'est très tendance en ce moment...

 

 

10 juillet

Elle va nous montrer un sacré spot. On descend le pré en pente à travers les herbes rousses grillées de soleil. On arrive dans un univers boisé où roucoule la rivière. L'eau est claire. Nous ne sommes pas encore arrivées. Vous allez voir ce spot ! Nous traversons, à cloche pied sur les cailloux. Et oui, cet endroit est miraculeux. elle plonge nue dans l'eau claire. Les petites cascades assourdissent nos voix. Elle remonte à la surface, elle se sèche, prend l'appareil photo et nous photographie les pieds. F. me dit le lendemain, je crois que spot, ça veut dire Site paradisiaque ouvert à tous...

 

13 juillet

 

#Nana

Nana dit qu'elle ne veut pas être une charge. Les vieux ça vous emmerde hein ? Dis le moi franchement...

J'essaie d'être franche. Je comprends sa colère, ses interrogations, ses refus et ses acceptations. J'aimerai être aussi lucide qu'elle à 85 ans. Une militante.

Elle dit encore que ça lui casse les pieds cette histoire de voile, ça ne la gène pas, elle, les femmes voilées. C'est une façon de se protéger et de s'affirmer. Elle fait écho à quelques discussions avec des femmes musulmanes. Elle fait écho aussi avec cet homme qui me demandait si une femme voilée pouvait devenir bénévole au sein de l'association où je travaille. D'après vous, cher monsieur, qui y a t'il derrière le voile ?

 

14 juillet

 

#Nana

Avec Nana, on parle féminisme, art, société, passé, présent avenir de la femme et des hommes en général. On parle de l'amour, mais plus avec Jude. Avec Jude, on entame la discussion et nous sommes deux femmes ayant envie de rencontrer l'autre au profond.

 

Tour de France

Il est habillé avec des habits militaires, peut-être un chasseur. Il est excité, rouge sous le soleil de 17h. Les coureurs arrivent, il trépigne. A peine voit-il la première roue de vélo qu'il se précipite. Il voudrait les prendre dans ses bras, les serrer fort. Il s'approche à la limite de toucher le bras gainé, d'essuyer le visage crispé par la pénibilité de la côte. Il applaudit. Il est heureux.

 

15 juillet

 

#Nana

Nana se sert du caddie comme déambulateur. Il faut que je marche. Je l'accompagne dans les rayons du supermarché. Elle doit acheter de l'ail et des protège-slips. Elle continue la discussion commencée dan la voiture sur la contraception dans les années soixante. De ses filles qui prenaient la pilule mais qui n'avaient absolument pas changé leur pratique sexuelle au contraire de ce que disait les EXPERTS, car selon eux, libérer la femme serait de l'ordre à libérer la bête.

 

Un été en lisière

Lecture:

 

  Le samedi 27 juillet à 18h à la librairie Aux belles pages de Murat (15300), lecture du texte "Vaurien" écrit pour les 10 ans des éditions "Le Frau", texte publié dans le livre "FRAU (X)"

  

Ecriture:

Participation à l'atelier d'été du Tiers livre animé par François Bon: Pousser la Langue

 

Ateliers d'écriture: 

 

Un atelier en ligne pour l'été: Voir la proposition

 

Atelier mensuel au Puy en Velay (reprise en septembre)

voir modalité ici

 

En cordée...

Travail d'écriture à 4 mains , Lui est Elsa. Elle ( en fait, moi) est François-Xavier (Fix), un couple qui cherche son souffle...Extraits de Fix : ici

 

Résidence virtuelle d'Igor Chirat sur le site des éditions "Le Frau"

 

27 juillet

 

#Nana

Nana est allée au marché avec son caddie-déambulateur. Le maraîcher, le quincaillier, ont eu la délicatesse de la servir l'un avec une belle attention, l'autre, sans même qu'elle ait à passer la porte du magasin.

Elle se rend chez Sophia pour boire son thé. Deux artistes de passages lui tendent un abricot bien mûr et l'invite chez eux dans le Cézallier. Nana revient ravie. Ceci est une belle journée, riche et bien remplie !